Le voyage et la découverte par l'image|Samedi, juillet 26, 2014
Vous êtes sur Home » Europe » France » 11 mai 1745, la victoire à Fontenoy
  • Suivez-nous sur:

11 mai 1745, la victoire à Fontenoy 

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

La bataille de Fontenoy par Horace Vernet

« La Bataille de Fontenoy » par Horace Vernet (1828)
Hauteur : 5,100 m. Longueur : 9,580 m.

La bataille de Fontenoy fut rude et chèrement gagnée, grâce à l’arrivée, in extremis, de la garde royale et de canons gardés en réserve pour la protection du roi de France.

En 1744, les territoires belges appartenant à la Maison d’Autriche sont envahis par les forces françaises. Les troupes du roi assiègent la ville de Tournai qu’une armée hollandaise, britannique, et autrichienne vient secourir. Elle arrive en vue des Français le 9 mai 1745. La bataille va se dérouler à quelques kilomètres au sud-est de la ville de Tournai. Le maréchal de Saxe et Louis XV commandent les troupes françaises. Les troupes adverses sont placées sous le commandement du duc de Cumberland. La bataille commence le 11 mai 1745, à cinq heures du matin. Les Hollandais qui sortent d’une légère brume face à Fontenoy sont d’abord repoussés, mais Cumberland tente de percer les lignes françaises vers onze heures du matin. C’est à ce moment que le comte d’Anteroches, s’adressant aux adversaires britanniques, leur aurait crié : « Messieurs les Anglais, tirez les premiers ! » Et c’est ce qu’ils font, les Anglais, avec une redoutable efficacité : ils couchent le tiers des effectifs français de première ligne, parvenant à effectuer une percée qui pourrait les conduire vers la victoire ! Mais les troupes du maréchal de Saxe forment immédiatement une contre-attaque d’une efficacité redoutable. A deux heures de l’après-midi, la victoire est acquise pour le camp français.

Le tableau de Horace Vernet peint en 1828 ne représente pas la bataille elle-même, mais l’annonce au roi de la victoire. Louis XV est sur un cheval blanc au centre de la composition accompagné du Dauphin. Devant lui, Maurice de Saxe présente à Louis XV et au dauphin les prisonniers et les drapeaux pris aux anglais et aux Hollandais. A cheval derrière le maréchal de Saxe, on aperçoit le maréchal de Noailles qui, désignant Maurice de Saxe de son épée, semble vouloir lui attribuer la victoire. Sur la droite du tableau des officiers et des compagnons du roi font cercle autour de ce groupe central. Des soldats portant des étendards au milieu du tableau, des adversaires blessés ou prisonniers à gauche, terminent le rassemblement autour du roi. Ce n’est qu’à l’extrême gauche, par une étroite percée au-dessus des têtes, que l’on peut apercevoir la plaine où se sont déroulés les combats.

La toile a été commandé par Charles X en 1827 pour le plafond de la salle du Conseil d’Etat du Palais des Tuileries, Vernet souhaita rendre la réalité plus sentimentale pour séduire les esprits romantiques. L’œuvre fut agrandie à la demande de Louis-Philippe en 1836 pour être placée dans la galerie des Batailles du musée d’Histoire de France.

En relation :

Publier un commentaire